Tous les articles
reconnaissance au travail

Le monde de l’entreprise, les managers ainsi que le service RH de chaque société sont bien conscients que le bonheur, le bien-être et la satisfaction des collaborateurs s’avèrent indispensables au bon fonctionnement de l’entreprise et aussi à son succès. Et un collaborateur épanoui est capable de transmettre son enthousiasme à des clients potentiels et à son équipe.

C’est pour l’entreprise bichonne ses salariés en leur proposant de nombreux avantages.

Et pourtant, malgré la rémunération, la reconnaissance est quelque chose dont manquent près de 7 salariés sur 10 en France.

Nos autres articles :

Comment développer l’engagement collaborateur de votre entreprise ?
Les secrets de la rétention des talents : attirer et garder les meilleurs employés

Quels sont les différents types de reconnaissance ?

Avant de bien comprendre pourquoi la reconnaissance est une valeur à laquelle sont très attachées les nouvelles générations de travailleurs, il faut comprendre qu’il existe 4 types de reconnaissance dans le monde du travail.

La reconnaissance de l’individu

Le chef d’équipe, le manager, la direction ou encore le service des ressources humaines s’intéressent à la personne en tant qu’individu. On ne se focalise pas sur l’employé ou le collaborateur.

Concrètement, on va chercher à personnaliser la relation avec le travailleur en la saluant, en l’appelant par son prénom, en écoutant son opinion (quel que soit son statut hiérarchique), ou encore en prenant en considération sa situation personnelle ou familiale.

La reconnaissance des résultats

Dans ce contexte, on va chercher à récompenser à un collaborateur ou une équipe si l’on est un manager quand l’objectif fixé est atteint dans les délais.

Cette récompense prend de multiples formes comme une prime sur salaire, un repas d’équipe, un petit cadeau ou encore une promotion.

Ce sont autant de façons de récompenser un salarié pour ses bons résultats en soulignant son implication personnelle, sa dévotion professionnelle, son investissement en temps et en énergie.

La reconnaissance de l’effort

Quand les résultats ne sont pas mesurables ou quand les objectifs ne sont pas tous atteints en raison de la situation économique ou à cause de la dureté ou de la fluctuation du marché par exemple, il en reste que les employés n’ont pas ménagé leurs efforts dans ce projet ou dans cette mission.

À ce titre, il est essentiel que le manager ou le service RH, voire la direction selon la taille de l’entreprise, témoigne une certaine reconnaissance pour cette dévotion.

Montrer sa gratitude et remercier ses collaborateurs pour le travail fourni et leur implication est important.

Cela peut sembler anodin de prime abord, mais le collaborateur se sent écouté, soutenu et encouragé malgré tout.

Les petits gestes peuvent être publics ou en petit comité. C’est pourquoi un petit mail de remerciement, nu discours public au sein de l’équipe, des applaudissements voire un article publié en interne aident à manifester cette reconnaissance.

La reconnaissance de la compétence

Enfin, cette ultime forme de reconnaissance valorise l’attitude et le comportement de l’employé.

Elle met en exergue son expérience professionnelle, ses qualités professionnelles, son savoir-faire et son savoir-être.

Avec un commentaire élogieux ou une phrase encourageante, les services RH ou les managers soulignent l’investissement de l’employé par ses compétences propres.

Même si ces reconnaissances peuvent satisfaire un collaborateur, il est tout à fait possible de pratiquer les 4 formes de reconnaissances pour répondre aux besoins fondamentaux du travailleur.

Pourquoi la reconnaissance est essentielle au travail ?

De nos jours, les générations de travailleurs ont un réel besoin de sens dans ce qu’ils font, notamment la génération Y et les Millenials.

Avoir un objectif, pouvoir satisfaire leurs attentes professionnelles et leurs besoins personnels sont très importants. C’est pourquoi la reconnaissance est essentielle à leurs yeux, souvent plus que ne peut l’être la rémunération.

Pour l’entreprise, un collaborateur qui se sent reconnu et écouté, encouragé et soutenu est un collaborateur qui a envie de rester dans l’entreprise. Cela limite le turn-over et accentue la fidélisation des personnes en poste.

Voici quelques raisons qui expliquent ce besoin de reconnaissance au travail.

Le bonheur des salariés

Un être humain, que ce soit dans son travail ou dans sa vie personnelle, a un besoin de reconnaissance. Et si ce besoin n’est pas reconnu dans la sphère professionnelle, le salarié perd sa motivation et son enthousiasme.

Il n’a plus envie de venir sur son lieu de travail, échange moins avec ses collègues et n’a qu’une seule envie : rentrer au plus vite chez lui, voire quitter son job dans certaines situations.

Mais, si son chef d’équipe, si son supérieur n+1 voire le n+2 ne lui pas merci pour son investissement, cela va générer une réaction physiologique, à savoir la création de dopamine.

Cette hormone du bonheur rend heureux et booste le bien-être du salarié à son travail.

En valorisant et en remerciant le collaborateur, en soulignant positivement son comportement ou ses compétences, le manager ou la DRH participe à développer son estime de soi et sa confiance en lui.

Le collaborateur développe alors un sentiment d’appartenance relativement fort qui va le pousser à s’impliquer davantage, et donc à être plus productif.

Une diminution du turn-over

Certaines entreprises peinent à garder leurs salariés, ce qui peut constituer un vrai problème dans le temps en termes de productivité et pour la marque employeur.

De plus, rechercher de nouveaux collaborateurs coûte cher et il arrive qu’il y ait pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans certains secteurs.

Et le temps que les nouvelles recrues trouvent leurs repères et soient 100 % fonctionnelles à leur poste, du temps s’est écoulé qui grève la productivité.

Toutefois, certains collaborateurs aiment ce qu’ils font et ils hésitent à quitter l’entreprise s’ils estiment qu’ils ne sont pas reconnus à leur juste valeur.

La reconnaissance devient ici un moyen de montrer que l’on est satisfait du travail réalisé et de l’implication de chacun.

Accorder des primes, offrir des petits cadeaux ou organiser un événement comme l’employé de la semaine permet de garder les équipes soudées et d’augmenter la rétention.

Un boost de la motivation et de l’engagement

Il arrive fréquemment que l’on perde sa motivation au travail et cela provient souvent d’un manque de reconnaissance. Qu’il soit de son chef d’équipe, de son manager, de ses collègues ou de la direction, le manque de reconnaissance entraine une frustration, un sentiment d’être inutile et une perte de confiance en soi.

Cela aboutit parfois à un désengagement des salariés et à une augmentation de l’absentéisme.

La reconnaissance est ici plus forte qu’une rémunération pour motiver un salarié. Pourquoi ? Parce qu’elle lui donne du sens à son travail.

Voici un levier particulièrement puissant pour renforcer le sentiment d’utilité et le sentiment d’appartenance à l’équipe et à l’entreprise.

Quand ils se sentent soutenus et valorisés, les salariés s’impliquent naturellement davantage.

Une meilleure performance

Comment vos collaborateurs peuvent-ils savoir qu’ils font du bon travail s’ils ne reçoivent aucun feedback positif pour en témoigner ?

Comment peuvent-ils s’améliorer sans retour de leur manager ?

Un salarié, s’il a le sentiment que ce qu’il accomplit passe inaperçu, va progressivement moins s’investir dans son travail.

Il va se contenter de faire le minimum et c’est toute l’entreprise qui perdra en productivité.

En récompensant les bons résultats et les efforts, en célébrant les petites victoires ou encore en encourageant ses équipes, on les exhorte à se dépasser et à se montrer toujours performants.

4 conseils pour améliorer la reconnaissance au travail

Voici 4 idées à instaurer en entreprise pour éviter le manque de reconnaissance au travail.

1. Reconnaître le travail réalisé

Il est important de savoir quand souligner un bon travail afin que ce geste ne soit pas perçu comme incongru.

Il ne doit certes pas être trop fréquent ni trop rare.

On retrouve 2 types de bon travail :

  • Les efforts fournis : même si le résultat escompté n’est pas atteint, même si le succès n’est pas au rendez-vous, un collaborateur doit se sentir valorisé et soutenu. Le résultat s’avère moins important que la confiance que l’on témoigne.
  • Les résultats : si un collaborateur dépasse ses objectifs, il est important de lui exprimer une reconnaissance. Son implication et son engagement en temps et en travail ont sûrement participé au succès de la mission.

2. Connaître avec qui on travaille

Pour reconnaître la valeur d’une personne, il faut la connaître.

Cette reconnaissance au travail implique un management personnalisé, un management de proximité. Pour cela, favorisez les réunions one-on-one.

Cela va aider à montrer un réel intérêt à l’individu, mais aussi d’identifier les leviers de valorisation qui fonctionnent le mieux pour telle personne.

3. Créer un management sur mesure

Personnaliser la reconnaissance du travail est important pour qu’elle soit efficace.

Un collaborateur timide ne va pas nécessairement apprécier montrer sur l’estrade devant tous ses collègues pour recevoir sa récompense.

Ainsi, il est préférable de s’assurer en amont que le geste souhaité sera vraiment apprécié par son bénéficiaire et perçu comme une reconnaissance et non comme un affront.

4. Remettre l’humain au cœur du processus

Enfin, il s’avère crucial de replacer l’humain au cœur du système.

La reconnaissance du travail passe également par cette étape essentielle. En effet, sans opérateur, sans individu, même le meilleur outil de production ne peut fonctionner.

Un ordinateur, aussi puissant soit-il, ne peut calculer que ce qu’un technicien ou un expert lui demande.

Les rôles d’un SIRH dans la reconnaissance

L’objectif premier d’un logiciel SIRH est de pouvoir gérer les ressources humaines au mieux.

Mais cette solution RH a aussi d’autres avantages dans la reconnaissance au travail.

Le respect des obligations légales

En paramétrant comme il faut le SIRH, l’entreprise s’assure de respecter ses obligations légales.

Le logiciel SIRH crée des alertes en temps réel pour rappeler le renouvellement de certaines autorisations ou encore pour le respect des visites médicales qui sont demandées par le droit du travail par exemple.

C’est aussi en matière de sécurité des individus et de leur santé que le logiciel SIRH représente une aide précieuse.

Il aide à prévenir les collaborateurs et les managers dans la prévention des risques professionnels et psychosociaux (RPS) grâce à l’emploi d’un document unique (DU).

Une sécurisation de la gestion RH

Le logiciel SIRH est techniquement relié aux autres logiciels RH de l’entreprise (logiciel de gestion de temps, logiciel de paie, e logiciel pour le recrutement, gestion du personnel, etc.).

Le SIRH aide donc à établir les bulletins de paie, à créer ou à éditer les contrats de travail, à accélérer les démarches administratives.

C’est un soutien important pour piloter la masse salariale, car toutes les données sont centralisées.

Une simplification de la GRH

Un logiciel SIRH simplifie la gestion des ressources humaines en fluidifiant les processus.

 Il aide directement le management des RH puisque les managers peuvent compléter les comptes-rendus des entretiens et remplir les évaluations annuelles de chaque collaborateur.

Chaque manager peut aussi recevoir une notification au moment des entretiens professionnels.

Un gain de temps

Solution RH à forte valeur ajoutée, le logiciel SIRH fait gagner du temps dans la gestion administrative du personnel.

Grâce à l’automatisation des tâches chronophages ou rébarbatives (création des convocations à une formation professionnelle, édition de planning, feuille d’émargement, etc.), l’entreprise gain du temps, donc une meilleure efficacité.

Une évaluation en temps réel du climat social

Le logiciel SIRH est une solution pertinente pour rendre transparents les informations et les dialogues sociaux avec les instances du personnel comme le CSE.

Une meilleure communication interne

Enfin, avec le logiciel RH, la communication en interne est plus fluide et plus rapide.

Les échanges se font naturellement.

Chacun a accès aux informations nécessaires, ce qui rend plus simple la communication avec la DRH.

Et concernant les salariés, ils gagnent en responsabilité, car ils peuvent eux-mêmes poser leur RTT, faire une demande de congé, connaître le quota d’heures supplémentaires, mais aussi télécharger leur contrat de travail ou leurs fiches de paie sans passer un intermédiaire.

Dans un souci de bien-être au travail, le logiciel RH est un outil collaboratif qui participe à prendre des initiatives positives.

N’attendez plus pour adapter votre écosystème RH

Découvrez dès maintenant la plateforme PeopleSpheres, sans engagement.

Essai gratuit

PeopleSpheres features