Tous les articles
épanouissement professionnel

L’épanouissement professionnel est un des besoins les plus importants de vos collaborateurs. En effet, s’ils ne sont pas satisfaits des missions qui leur sont proposées, ils risquent de s’ennuyer et d’être démotivés, entraînant ainsi une baisse de la productivité, un taux d’absentéisme élevé et parfois une augmentation du taux de turnover. Comment faire pour garantir l’épanouissement de vos collaborateurs au travail ?

Nos autres articles:
5 astuces pour recruter les meilleurs profils via les réseaux sociaux
5 astuces pour gérer le burnout en entreprise

Depuis le 19 Juin 2013, suite à la signature de l’accord national interprofessionnel, les RH parlent de plus en plus de « qualité de vie au travail » qui comprend l’épanouissement professionnel des collaborateurs. La signature de cet accord est un premier pas pour lutter contre le  burnout des employés au travail.

En effet, la situation est aujourd’hui préoccupante en Europe avec 1 cas sur 2 d’absentéisme causé par le stress chronique, sans compter les effets du présentéisme contemplatif: être présent au travail mais à faire autre chose que travailler pour son employeur.

La notion de qualité de vie se retrouve donc au centre des actions menées par les DRH qui y voient un véritable terrain d’expérimentation pour lutter contre ce phénomène d’épuisement professionnel.

Mais, face aux nouvelles exigences du travail et à l’entrée des nouvelles générations sur le marché, comment peut-on accroître l’épanouissement professionnel de ses collaborateurs sans tomber dans l’excès ?

Qu’est-ce que l’épanouissement au travail?

A l’heure actuelle il n’existe pas de réelle définition de cette notion de qualité de vie au travail, aussi appelée « QVT ». Elle a été définie par les signataires de l’accord comme étant « un sentiment de bien-être au travail perçu collectivement et individuellement » et qui englobe plusieurs facteurs déterminants tels que :

  • La qualité du contenu du travail : le collaborateur doit disposer d’une certaine autonomie, de tâches variées ainsi que de responsabilités pour le motiver
  • La qualité de l’environnement physique : un sentiment de sécurité doit être présent tout comme une ambiance physique agréable et propice au développement personnel pour le fidéliser.
  • La qualité de l’organisation du travail : cela passe par de bons managers qui doivent posséder à la fois des capacités de prescription et d’appui, qui savent également entamer des démarches de progrès favorables aux collaborateurs mais aussi à l’organisation.
  • Les possibilités de réalisation et de développement professionnel avec la mise en place de plans de formations, de validation des acquis de l’expérience et ce afin de développer les compétences des collaborateurs et accroître leur sentiment d’ épanouissement professionnel.

  1. D’ici 2030, l’automatisation représente un risque potentiel pour 47 % des emplois aux États-Unis, 35 % au Royaume-Uni et 35 % en Allemagne. (Statista, 2021)
  2. Les entreprises fortement automatisées sont 6 fois plus susceptibles d’augmenter leur chiffre d’affaires de plus de 15 % par rapport aux entreprises faiblement automatisées. (ServiceNow, 2017)
  3. 60 % des dirigeants d’entreprise prévoient de renforcer leur service RH avec davantage d’IA et d’automatisation au cours des 5 prochaines années. De plus, 61 % envisagent la possibilité pour l’IA de prendre en charge les fonctions RH, en particulier avec les progrès des technologies d’IA générative telles que Chat GPT. (Personio, 2023)
  4. 85 % des entreprises ont accéléré leurs efforts de numérisation en réponse à la pandémie de COVID-19. (Enquête mondiale auprès des cadres de McKinsey, 2020)
  5. Selon les données de 2023, 74 % des dirigeants d’entreprise reconnaissent la nécessité d’une efficacité et d’une productivité accrues dans leurs organisations. De plus, 66 % de ces dirigeants estiment que l’IA et l’automatisation ont un potentiel significatif pour relever ces défis au sein du service RH. (Personio, 2023)
  6. Selon Gartner, 69 % des tâches managériales routinières seront entièrement automatisées d’ici 2024.
  7. En 2017, seulement 37 % des services RH et 33 % de la résolution de problèmes client étaient automatisés, contre 53 % pour les services informatiques. Cela indique la nécessité d’améliorations dans tous les domaines. (ServiceNow, 2017)
  8. 43 % des répondants expriment leur inquiétude quant à la perte d’emplois potentielle due à une automatisation accrue dans la fonction RH. (Personio, 2023)
  9. Selon la SHRM (Society for Human Resource Management), environ 25 % des organisations utilisent l’automatisation ou l’intelligence artificielle (IA) pour aider dans les tâches liées aux RH.
  10. Environ 2 professionnels RH sur 3 signalent un temps de recrutement amélioré pour les postes vacants, 53 % indiquant que c’est quelque peu mieux et 16 % indiquant un résultat nettement meilleur. Cet impact positif est attribué à leur utilisation de l’automatisation et de l’IA. (SHRM)
  11. 85 % des employeurs qui utilisent l’automatisation ou l’IA signalent des économies de temps et une efficacité accrue. (SHRM)