Tous les articles
integrer et manager generation z

Alors que vous venez à peine de réussir à intégrer les jeunes de la génération Y au sein de vos équipes, une nouvelle génération Z, composée de jeunes nés à partir de 1995 intègre aujourd’hui de plus en plus le marché du travail.

Mais avant de commencer à analyser le comportement de cette génération, et son rapport au travail, il faut tout d’abord définir les caractéristiques de cette génération dite « Z » par rapport à la génération dite « Y », et ainsi en déduire les ressemblances et écarts.

Nos autres articles:

Les outils de communication pour mieux recruter la génération Z
Droit à la déconnexion : qu’est-ce que c’est ?

Comment font-ils les professionnels RH à optimiser le management pour cette génération ?

Tout d’abord la génération Z, aussi appelée les « digital natives » est composée de jeunes adultes nés à partir des années 95, ils représentaient en 2023 presque 11,77% de la population nationale en France, selon le Emerald Insight.  Stagiaires ou employés permanents, la génération Z est déjà présente en entreprise. Ce terme vient en fait de « horiZontal », car ils envisagent un management d’égal à égal. En effet, ces jeunes ont une vision de la hiérarchie plus ouverte, selon eux un manageur ne se distingue pas son diplôme ou son autorité mais plus par sa capacité d’entreprendre, de faire confiance à son équipe et sa capacité à être à l’écoute vis-à-vis de ses collègues.

Etant une génération plus jeune, et vivant dans un contexte démocratique et géopolitique bien plus différent de celui de la génération Y, ils ont des valeurs de travail bien différentes. Pour eux le sentiment de stress, de pression de la part des manageurs ainsi que la mauvaise ambiance au travail, c’est ce qui représente le mieux le monde de l’entreprise. Par ailleurs certaines études statistiques ont montré que 53% d’entre eux préféreraient travailleur pour eux même, se lancer dans l’entrepreneuriat qui est pour eux synonyme de liberté, indépendance.  

N’attendez plus pour adapter votre écosystème RH

Découvrez dès maintenant la plateforme PeopleSpheres, sans engagement.

Essai gratuit

PeopleSpheres features

Ainsi la question qui revient alors est comment manager ces jeunes adultes, lorsqu’ils décident d’entreprendre le salariat ?

Avant de vouloir faire évoluer cette tendance et réfléchir comment intégrer ces jeunes au sein de vos équipes, il faut tout d’abord savoir que cette génération sera fortement attirée par les entreprises dites « fun » (25%), innovantes (23%), éthiques (22%) et internationales (20%). Ces chiffres montrent bel et bien que le bien-être au travail pour ces jeunes adultes est un élément essentiel dans le marché de l’emploi.

En retour ils attendent ainsi de leur entreprise qu’elle mette en place un cadre de travail agréable avec des espaces de détente, une cantine, une salle de sport, etc. Ainsi c’est à l’entreprise de fournir des efforts pour s’adapter à quelques-unes de ces exigences afin de les fidéliser et de continuer à augmenter leur performance de manière significative.

De plus, étant donné que c’est une génération « digitale », il faut aussi penser à changer ses outils de recrutement et ses façons de recruter. Effectivement les réseaux sociaux sont un allié incontournable pour l’entreprise, c’est là que ces jeunes adultes passent leur temps, et découvrent les actualités. Il ne faut pas hésiter à innover et s’approcher de plus en plus à leurs intérêts pour un recrutement efficace.

En outre cette nouvelle génération, est perpétuellement à la recherche de défis. Ces jeunes diplômés ne craignent pas l’échec et de se surpasser, bien au contraire, ils voient ces défis comme une moyen pour rebondir plus forts et s’améliorer. C’est pour cette raison-là, qu’ils ont des attentes différentes de leur manager, ils ont besoin de confiance, qu’on leur confie des missions de valeurs et stimulantes aves des objectifs précis à atteindre en espérant toutefois qu’ils pourront travailler en autonomie, notamment à distance et avoir des responsabilités plus importantes.

En conclusion, la génération Z, avec ces caractéristiques particulières et attentes concernant le lieu du travail, pose de nouveaux défis mais aussi des chances pour le monde professionnel. En effet, cette génération se caractérise par un grand désir d’indépendance, d’innovation et d’une volonté d’être éthique engagée, tout en attendant des milieux de travail qui valorisent autant qu’ils intègrent ses propres valeurs. Les entreprises qui alignent leurs pratiques de gestion sur l’environnement de travail peuvent mieux attirer et retenir les talents de la génération Z. En reconnaissant et en ajustant les structures organisationnelles pour plus de flexibilité, de technologie et de sens, les entreprises peuvent transformer ces défis en moteurs de croissance et de performance. Cela nécessitera une écoute continue, une expérimentation et un changement avec cette génération dynamique et toujours connectée.